A l'affiche

Pierre Cardo : Le retour !

February 9, 2018

 

Lors du Conseil Communautaire GPS&O du jeudi 8 février 2018, son Président, Philippe Tautou, a proposé au vote des élus, la nomination de Pierre Cardo au poste de Président du Conseil de Développement.

 

La composition et la création d’un Conseil de Développement sont codifiées par l’article L5211-10-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, qui stipule :

« I. - Un conseil de développement est mis en place dans les établissements publics à fiscalité propre de plus de 20 000 habitants.

Il est composé de représentants des milieux économiques, sociaux, culturels, éducatifs, scientifiques, environnementaux et associatifs du périmètre de l'établissement public.

II. - La composition du conseil de développement est déterminée par délibération de l'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale, de telle sorte que l'écart entre le nombre des hommes et le nombre des femmes ne soit pas supérieur à un et afin de refléter la population du territoire concerné, telle qu'issue du recensement, dans ses différentes classes d'âge.

Les conseillers communautaires ou métropolitains ne peuvent être membres du conseil de développement.

Les fonctions de membre du conseil de développement ne sont pas rémunérées»

 

Manifestement, en instaurant cette disposition le législateur a souhaité permettre l’intégration d’une expertise citoyenne dans le contenu des politiques locales.

Une volonté, qui ne semble pas être du goût de certains, comme philippe Tautou, qui aura préféré son ami politique de longue date, Pierre Cardo, pour présider cette nouvelle instance.

 

C’est un signal très négatif pour la démocratie, qui est envoyé par la communauté urbaine, puisque cette décision confisque encore un peu plus le pouvoir aux citoyens.

Ce territoire comprenant plus 405 000 habitants ne recèle t-il pas suffisamment de talents pour mener à bien cette mission, sans avoir besoin de faire appel à un "retraité" de la politique à la carrière longue de 40 ans ?

 

Outre le fait que cette nomination se fasse de manière totalement autocratique, elle reflète également cette vieille politique rétrograde et ancrée dans le siècle passé. C'est malheureusement toujours cette même politique qui planifie aujourd'hui l’aménagement de notre territoire.

 

Pierre Cardo fait partie de ceux qui ont modelé et géré notre secteur pendant des décennies, avec les lourdes conséquences que l’on connaît.

Alors qu’il annonçait, il y a un an, vouloir profiter de sa retraite en partageant son temps entre Chanteloup, la Bretagne et l’Hérault, et ainsi s’adonner à ses deux passions : les pierres et l’harmonica, le revoilà en piste, tel l’homme providentiel, peut-être pour venir voler au secours de ses vieux projets des années 90, tellement éloignés des enjeux de demain.

 

Si ce retour de Pierre Cardo pourrait faire sourire, il est en réalité très inquiétant, tant en terme de démocratie, que de développement économique.

 

Ce Conseil de Développement est détourné de sa vocation première, qui était de permettre aux citoyens d’émettre un avis sur l'élaboration du projet de territoire, sur les documents de prospective et de planification résultant de ce projet, ainsi que sur la conception et l'évaluation des politiques locales de promotion du développement durable.

 

Cette manœuvre politique n'honore pas les élus communautaires qui la soutiennent et il est indispensable qu'une personnalité "NON"politique soit rapidement nommée à la tête de ce Conseil de Développement.

 

 

 

 

 

Please reload

Elections municipales à Carrières-sous-Poissy (Yvelines Première)

April 1, 2014

1/2
Please reload

Articles récents
Please reload

Recherche par mots-clès